CREATIVITE : FAIRE PLUS AVEC (BEAUCOUP) MOINS

Fixies-black

Vous connaissez les vélos fixies ? Sans dérailleurs, sans vitesses, sans garde-boue, sans porte-bagages et même sans freins. Qui voudrait d’un vélo qui n’a presque rien ? Paradoxe, ces vélos cartonnent et se vendent même très cher. Comment expliquer ce succès ? Avant d’en parler, voici un autre exemple.

En Europe, une prothèse de jambe coûte une fortune. En Inde, des prothèses pour presque rien ont été créées et permettent de marcher sur terrain accidenté. C’est l’innovation dite Jugaad : l’art de faire plus avec (vraiment) moins.

Mais pourquoi moins peut faire plus ? Revenons sur ces fameux vélos fixies.

L’avantage d’un fixie c’est justement sa simplicité. Un vélo normal, c’est beaucoup de petites pièces qu’il faut changer ou entretenir souvent. Sur un fixie, pas besoin. Pas besoin de freins, car lorsqu’on bloque les pédales, ça freine. Sa simplicité facilite l’interchangeabilité et donc sa personnalisation. On peut choisir son cadre, sa selle, ses roues et avoir un vélo unique.

Les inconvénients peuvent devenir des avantages !

Vos faiblesses peuvent devenir vos forces. Moins peut devenir plus, si on réfléchit un peu. Regardez, les consoles Wii. A leur sortie, Nintendo était au bord de la faillite. Pour survivre, l’entreprise devait innover. Jusque là, les créateurs de consoles rivalisaient de technique pour toujours augmenter la puissance et la qualité de l’image. Qu’a fait Nintendo ? Ils ont diminué la puissance, la qualité graphique, et ont cherché le plaisir du jeu ailleurs. Ainsi, ils ont non seulement relevé la barre, mais sont également devenu leader du marché.

Innover, c’est parfois regarder où personne ne veut regarder. L’innovation Jugaad, c’est regarder vers ce qui semble négatif à tous: le moins bien, le moins beau, le moins costaud, voir le moins tout court. Navi Radjou, consultant en innovation dans la Silicon Valley, est le père du Jugaad. Bien plus qu’un mouvement, Jugaad, qui signifie en hindi « savoir se débrouiller et trouver des solutions dans des conditions hostiles » est un véritable état d’esprit.

Cet indien de Pondichery est devenu célèbre grâce à son ouvrage L’innovation Jugaad, redevenons ingénieux ! (Think Frugal, Be Flexible, Generate Breakthrough Growth en VO) paru en 2013 aux éditions Diateino, pour lequel il a obtenu le prix Thinkers50 Innovation Award, qui récompense les penseurs les plus influents du monde de l’entreprise. Son livre, devenu un best-seller, a également été salué par le très prestigieux The Economist.

La théorie de Navi Radjou se répand désormais dans les entreprises occidentales. Bien souvent, des produits conçus pour les pays émergents connaissent un succès au-delà de leur marché initial. Dès 2007, General Electrics s’était lancé dans l’innovation Jugaad en commercialisant  aux États-Unis un électrocardiographe conçu en 2007 pour les habitants de villages indiens reculés. La Logan de Renault a quant à elle connu un succès énorme dans les pays développés alors qu’elle était à l’origine conçue pour les pays émergents. Le groupe allemand Siemens a lui aussi franchi le pas en créant des gammes plus abordables mais tout a fait fonctionnelles.

On sait bien que c’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur (citation personnelle, liée à ma capacité naturelle à la proscratination, contre laquelle je lutte constamment ;) ) et l’innovation frugale exploite notre créativité en mettant à disposition des ressources plus que limitées. Au même titre que les guerres ont été des creusets d’innovation, les ressources limitées et l’urgence des besoins catalysent la pensée humaine, qui exploite alors ) plein régime sa créativité dans ces circonstances.

Théorie de l’élargissement

chasseautigreruben

Barbara Fredrickson, l’une des figures de proue de la recherche en émotions positives, a établi la « théorie de l’élargissement et de la construction des émotions positives », selon laquelle les émotions positives élargiraient nos capacités attentionnelles, nous permettant de voir les situations de manière plus globale, tandis que nos émotions négatives nous focaliseraient sur ce qui ne va pas, ou qui nous fait peur, nous éloignant ainsi des solutions possibles.

Les émotions positives élargissent notre perception, nous permettant ainsi de percevoir ce qui n’était pas visible auparavant, et de rassembler des idées et des informations dans de nouveaux moyens créatifs et utiles. En revanche, les émotions négatives restreignent nos perceptions et notre manière de penser, principalement en concentrant l’attention sur le stimulus qui a déclenché l’émotion : le chien menaçant, l’ennemi détesté, l’examinateur, le client, le N+1 ou simplement les conséquences négatives de l’échec.

Ces manières de percevoir et de penser sont utiles, car toutes deux sont le fruit de la sélection naturelle. Quand nous ne sommes pas confrontés à des menaces immédiates pour notre survie, nous mettons à profit notre esprit pour nous construire et faire prospérer notre communauté, c’est-à-dire apprendre, créer, trouver de nouvelles manières pour faire les choses, aider les autres, se réaliser, s’améliorer.

En revanche, quand nous sommes confrontés à des dangers immédiats, notre esprit cherche, naturellement, à faire face à cette menace. Si un tigre vous pourchasse, le mieux à faire est d’utiliser des méthodes connues et habituelles pour échapper au tigre, plutôt que d’innover. En utilisant des moyens créatifs, nous courrons le risque d’échouer. Nous sommes donc biologiquement construits pour mettre en veille notre créativité quand l’échec peut engendrer de graves conséquences.

Un élargissement nécessaire au bien-être

Aujourd’hui, dans nos vies quotidiennes, le poids du jugement constant d’autrui, la comparaison omniprésente, l’obligation de la course au succès, ont remplacé le tigre menaçant. Le plus souvent, pour répondre à ces sollicitations sociétales de plus en plus pressantes, nous enclenchons naturellement le mode survie. C’est ce qu’on appelle « avoir le nez dans le guidon ». Nous ne focalisons que sur les problèmes à résoudre, sans avoir une vision globale sur ce qui fonctionne bien ou ce qui est déjà réalisé.

Ceci serait pourtant encourageant et installerait de meilleures conditions pour la résolution du problème en cours. Cette théorie de l’élargissement propose donc le moyen de prendre du recul, de relativiser les obstacles et de prendre un élan positif vis à vis des situations, pour optimiser notre capacité à les appréhender de la meilleure manière possible.

33 trucs pour être créatif – Partie 2

pinup creative 2

Si vous avez raté le début de la liste, découvrez-le ici !

Si non, c’est partit pour 16 nouvelles astuces pour booster votre créativité !

18. Octroyez-vous le droit de faire des erreurs. En France, l’apprentissage par l’échec est systématiquement présenté (et vécu) comme une erreur. Aux Etats-Unis par exemple, une erreur ne constitue pas un drame, tant qu’il s’agit d’être créatif.

19. Allez dans un endroit où vous n’avez jamais été. Idéalement on parle ici d’un pays étranger, pour garder à l’esprit que le monde et la pensée sont multiples. Mais visiter une région de votre pays ou un quartier inconnu fait aussi très bien l’affaire. L’important est de voir du neuf.

20. Regardez des films étrangers. En VO. Pour améliorer votre niveau de langue, d’une part (mais si !) et pour regarder par la fenêtre du cinéma comment vivent, réagissent et interagissent les autres…Et comment se forment leurs idées.

21. Comptez vos kifs quotidiens. C’est-à-dire soyez conscients des mini petits trucs qui vous font plaisir chaque jour, et comptez-les. Pour réaliser que votre vie est pleine de petits rien charmants qui vous enchantent et vous inspirent.

22. Dormez beaucoup, reposez-vous. C’est la source. Quand on est pas en forme, tout est NUL, rien ne vient.

23. Prenez des risques. En anglais, ça se dit « take a chance » (saisis ta chance). Tous est dit.

24. Brisez les lois. Ok, mais en vous souvenant toujours que votre liberté s’arrête là où commence celle des autres. Je pense qu’on peut être créatif en « restant dans la boîte », sans briser les murs (ni les règles)

25. Faites plus des choses qui vous rendent heureux. Laissez de côté de temps en temps les impératifs (laver par terre, aller courir, lire un livre qui ne vous intéresse pas, travailler,…). Faites ce qui vous plaît maintenant, de temps en temps, car demain, c’est aussi bien

26. Ne forcez pas les choses. Si quelque chose ne se déroule pas comme prévu, ne forcez pas le passage… Observez à nouveau, recommencez, mais toujours en douceur.

27. Lisez une page du dictionnaire. Ou de Wikipédia.

28. Créez un cadre. Maîtrisez votre espace (physique et intellectuel). Aménagez votre lieu de vie, votre penderie, vos objectifs personnels. Cessez de subir les cadres des autres, créez le vôtre et installez-vous dedans. A son bord, c’est vous le maître de vos idées.

29. Arrêtez d’être le parfait de quelqu’un d’autre. Vivez pour vous, et faites les choses qui comptent pour vous avant tout. Si la personne dont vous êtes le parfait vient à disparaître, que serez-vous ? Le parfait de rien ? Soyez donc toujours votre propre parfait.

30. Ecrivez TOUTES vos idées. Car certaines se réalisent ;o)

31. Rangez et nettoyez votre espace de travail. A votre façon bien sûr. Mais faire le ménage d’un endroit permet aussi le ménage des idées. C’est une activité qui participe à la créativité car elle éloigne l’esprit conscient du problème à solutionner pour lui permettre d’y revenir un instant après avec un regard neuf.

32. Eclatez-vous. Life is fun ! Allez au bout du potentiel de vos idées, vibrez pour elles, parlez-en sur le net, en vrai à vos amis, saoulez-les, clignotez !!!

33. Terminez quelque chose. Et rangez-le. Et dites que c’est terminé. Ca, c’est fait ! Cela fait de la place pour les idées à venir.

Retrouvez les 16 premières astuces de la liste ici !

33 trucs pour être créatif – Partie 1

pinup creative

Une petite liste à picorer pour vous mes poussins ! J’ai commenté une liste pas mal que j’ai reçue par email.

  1. Faites des listes ! Elle est bonne celle-là ! Mais vraie. Les listes structurent les projets, et lorsqu’on raye un item réalisé, on quantifie visuellement sur la liste le réalisé et les encours, et cette vision globale permet de se situer dans le déroulement du projet (quel qu’il soit).
  2. Ayez toujours un carnet de notes sur vous. Vous n’allez PAS vous souvenir de l’idée du siècle que vous avez eu dans le métro. Notez-la, sinon elle sera perdue pour l’humanité. Si vous n’avez pas de carnet, envoyez vous un texto ou faite un mémo écrit ou vocal sur votre smartphone.
  3. Essayez l’écriture intuitive. Je n’ai jamais essayé, je ne suis pas sûre de ce que c’est…
  4. Levez la tête des écrans. Facile à dire !
  5. Soyez d’un autre monde. Comme David Bowie.
  6. Cessez de vous maltraiter. Par exemple, arrêtez de vous parler mal, de vous insulter pour une broutille.
  7. Prenez des pauses. Le cerveau humain ne se concentre efficacement que par tranche de 50 minutes. Une petite pause de 5 à 10 minutes entre chaque session améliore la mémorisation et l’analyse des travaux réalisés, et permet une exploitation plus créative et efficace de ces informations dans la session suivante.
  8. Chantez sous la douche. Ou ailleurs, mais chanter est une utilisation de notre corps différente que celles dont nous avons l’habitude. C’est utile et apaisant. (A défaut d’être gratifiant, dans mon cas.)
  9. Buvez du café. Ou du thé, ou de l’eau chaude. Les boissons chaudes induisent une sensation de chaleur proche du câlin affectueux, générateur de l’ocytocine, hormone du bonheur. Et on créé mieux quand on est heureux, alors buvez chaud !
  10. Découvrez vos racines. Il est plus facile de se projeter dans le futur quand on s’appuie sur une bonne connaissance du passé/passif du projet à créer et du créateur lui-même.
  11. Ecoutez des musiques que vous ne connaissez pas. (Deezer, Spotify, Youtube)
  12. Soyez ouvert. Alors là, je concède que ce n’est pas évident. Je continue à avoir du mal avec certains, même si je sais qu’on est TOUJOURS le con de quelqu’un. Mais faites au mieux.
  13. Côtoyez des gens créatifs. Et sexy ! Creativity is hot !
  14. Donnez des retours, partagez vos impressions. Non, les gens ne lisent pas dans vos pensées… Si vous voulez être entendu, exprimez-vous !
  15. Collaborez ! Les groupes ont de meilleures idées que les individus, à condition que les individus aient réfléchis individuellement en amont sur des idées créatives à partager et à catalyser.
  16. Restez tenace. On n’a pas échoué tant qu’on continue d’essayer. J’ai entendu cela chez Weight Watchers il y a longtemps, ça m’avait marqué. Je continue à vouloir perdre des kilos mais je ne me sens pas en échec. Je pense que cette vision peut s’appliquer à tout.
  17. Pratiquez, Pratiquez, Pratiquez ! La technique est l’outil de la création. Les meilleures idées exprimées sans travail auront toujours moins d’impact. Alors au boulot !

Mes 3 préférés ? 1, 13 et 17 !  Et vous ?

La suite de la liste, c’est ici !

Joue-la comme Bowie !

bowie

J’aime David Bowie.

Son œuvre musicale, en partie, mais SURTOUT le personnage, lyrique, étrange, immensément sentimental, humain et surhumain, réservé et timide, perpétuellement avant-gardiste, touche à tout, ultra-créatif, fabuleux.

David Bowie, c’est de la créativité ambulante. Il fait toujours quelque chose, il a toujours une idée novatrice, il est le directeur artistique jamais démodé, tout ce qu’il a fait hier reste neuf aujourd’hui. On en parle beaucoup en ce moment à cause de l’exposition que lui consacre la Philharmonie de Paris, alors moi aussi j’en parle !

David Bowie m’aide à être créative quand il me faut trouver une solution innovante, même pour un problème de plomberie. Certains se demandent ce que ferait leur mentor dans certaines situations, pour ma part je me demande ce que ferait David Bowie. Rock’n’roll suicide, Space Oddity, Heroes, penser Bowie, c’est penser « hors code existant ». C’est forcément innovant, même lorsqu’il s’agit d’être créatif dans une situation qui n’a rien d’artistique.

 Etre créatif sans être artiste

Car nous sommes tous créatifs ! Chacun a la possibilité d’utiliser son imagination pour mettre en œuvre des actions pour atteindre ses objectifs. Il ne s’agit pas d’être « bon en dessin ». Nous sommes tous les jours créatifs, notre vie nous y oblige : faire rentrer toutes nos obligations et nos loisirs dans nos journées, imaginer la solution logistique la plus efficiente pour une sortie entre amis (gestion du site, de la nourriture, des covoiturages, des enfants, etc), tout cela est déjà une montagne de créativité à laquelle nous ne pensons même plus tant elle nous est naturelle. Organiser, c’est créer. Alors organiser différemment, c’est innover ! Et c’est très facile à faire au quotidien. Le bénéfice est garantit pour le bien-être, grâce à l’intérêt nouveau que nous allons alors porter à nos activités habituelles, afin de contrôler que nos nouvelles façons de faire sont bien adaptées à nos objectifs.

Et imaginer des solutions créatives pour notre quotidien nous permet de le renouveller, de nous renouveller par la même occasion, et de voir sans cesse les choses sous un jour nouveau, donc plus attractif.

Vous aussi, jouez-la comme Bowie !

Ou comme Mamie, si c’est elle qui vous inspire !