LES CHAPEAUX DE BONO

chapeau bono 2

L’article d’hier était costaud, avec un test, des forces, des choses complexes à digérer. Aujourd’hui, c’est plus léger, mais tout aussi utile au travail, pour la prise de décision comme pour la résolution de problèmes. Je vais vous parler des chapeaux De Bono. Rien à voir avec les couvre-chefs du leader de U2 (désolée). Cette théorie tire son nom de celui de son créateur, Edward De Bono. C’est beaucoup moins rigolo, je sais, mais c’est comme ça. Ecoutez pourtant : l’idée générale est que lorsque nous réfléchissons, nous recevons un tas d’idées en même temps. Et là, c’est la CONFUSION ! Le tri s’opère très rapidement et automatiquement, en fonction de nos croyances, de nos expériences, de notre culture. Ce qui est bien dommage, car sans le savoir nous éliminons ainsi des idées potentiellement excellentes, simplement parce qu’elles déstabilisent notre façon de penser.

En découpant notre réflexion en séquences distinctes, nous parvenons à nous concentrer sur une chose à la fois, et empêchons notre censure interne d’éliminer directement des idées qui nous déconcertent. Edward De Bono (Ed pour les intimes) propose de diviser la recherche de solutions en 6 phases, chacune représentée par un chapeau de couleur qui va symboliser physiquement une façon de penser.

Quel intérêt ? Carnaval ?

Petits cyniques, vous allez être bien déçus ; cette technique est très utile pour notamment voir la situation sous des angles différents et ainsi admettre la multiplicité des points de vue, ce qui permet d’explorer de nouveaux champs de réflexion. Ainsi, nous pouvons construire une vision à la fois globale et détaillée du sujet.

Concrètement, il s’agit tout simplement de passer la situation et les solutions possibles par les filtres des 6 chapeaux. Mais voyons-les plutôt, ces fameux chapeaux.

  •  Le chapeau blanc représente la neutralité : les faits, dénués d’interprétations. Il peut s’agir de chiffres, d’informations factuelles, de dates, de délais, de montants, de lieux en lien avec le sujet.

Dans votre situation: quels sont les faits?

  •  Le chapeau rouge représente les émotions, sentiments, impressions, intuitions associées à la situation.

Dans cette situation, que ressentez-vous? Qu’est ce que qui compte pour vous ?

  • Le chapeau vert représente la créativité sans censure, la fertilité des idées.

Quelles sont les solutions possibles, y compris les plus folles?

  •  Le chapeau jaune représente l’optimisme, la critique positive, les bénéfices à tirer des solutions proposées.

Pour chacune de ces solutions, on peut faire quelque chose : quoi mettre en oeuvre concrètement ?

  •  Le chapeau noir représente les objections, l’anticipation des dangers et des risques, la prudence.

Pour chacune de ces solutions : quels sont les risques? Les avantages et inconvénients?

  • Le chapeau bleu représente l’organisation, la canalisation des idées, la synthèse gagnante : c’est le chapeau qui englobe tous les autres.

En prenant tout cela en compte: quelle est la solution à retenir? Comment organiser sa mise en oeuvre ?

Je vous ai illustré ici avec un croquis rapide un exemple de questionnement classique dans le parcours professionnel : Should I stay or should I go ? (est ce que je pars ou est ce que je reste?) évalué grâce à la technique des chapeaux De Bono et d’une sorte de Mind Map (ça aussi on va en reparler…)

Les chapeaux fonctionnent aussi lors de réunions, pendant lesquelles on va attribuer aux participants une couleur qui va déterminer la nature de leurs interventions. En faisant circuler les chapeaux, on s’ouvre à des modes de pensée qui nous sont moins naturels que d’autres.

Par exemple dans mon cas, le chapeau noir est ma couronne. Il n’y a pas meilleure Cassandre que moi, pour détecter instantanément toutes les faiblesses d’un projet (ça ne marchera JAMAIS ! Heureusement que je ne travaille pas dans la R&D). Je me force donc à porter le chapeau jaune pour penser plus positif et croire en des idées mêmes très étonnantes !

Penser “chapeau” me permet aussi de me dégager des situations émotionnellement tendues ; en cas de crise, je jette mon chapeau rouge par terre pour prendre mon chapeau blanc et faire le point sur les faits sans affect… Ou au contraire, je pose mon chapeau blanc ou vert pour passer mon chapeau rouge quand il s’agit d’être à l’écoute…

A présent, à vous de tirer les bonnes solutions de vos chapeaux !

A demain pour un nouvel article !

Vous avez aimé ? Partagez :o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>