TESTEZ LES MICRO-MOMENTS D’AMOUR

panda mignon

Une petite collaboration de l’Oeuf avec le nouveau magazine réunionnais et décalé Zen&Zolie : cet article est parut dans l’excellent premier numéro, retrouvez toutes les infos ici !

Le concept de la rubrique : « La psychologie positive testée et approuvée (ou pas) » : La psychologie positive est un domaine de recherche scientifique qui s‘est donné pour but d’étudier et de renforcer les émotions positives, celles qui nous permettent de devenir de meilleurs êtres humains, tout en éprouvant une plus grande joie de vivre. Etre plus heureux et heureuses en somme ! Cette discipline propose de nombreuses méthodes pour atteindre ces objectifs de folie, alors je les essaie concrètement pour vous, sans langue de bois !

 Aujourd’hui, je teste les MMO : les micro-moments d’amour

 Le postulat de départ :

L’amour dont on parle aujourd’hui est un micro-moment de chaleur et de relation que l’on partage avec quelqu’un d’autre. Fugace et éphémère, cet instant est conditionné par un certain nombre de facteurs que nous pouvons mettre en place volontairement pour le favoriser. Ces micro-moments d’amour (MMO), accumulés au cours des journées et des mois, doivent nous procurer davantage d’énergie et d’engagement dans nos activités quotidiennes, de la sérénité, de la joie et d’autres émotions positives. Le jackpot du bien-être, le grand kif garanti sans mojitos ni louboutins !

Rien que ça. Le test va donc consister à évaluer la portée de quelques MMO judicieusement installés au cours de la journée. Hop.

La méthode de test :

Aujourd’hui, je vais rechercher trois occasions au moins d’établir avec les autres une relation chaleureuse, respectueuse et bienveillante. Chez moi, au travail, dans mon quartier ou dans la rue. Je vais tâcher de m’ouvrir aux autres en leur accordant toute mon attention, en créant un sentiment de sécurité par le regard, la conversation ou même le toucher, si les circonstances s’y prêtent. Hum.

Le TEST :

Je me mets dès le matin en mode MMO. Je visualise « chaleureuse, respectueuse, bienveillante » en fermant les yeux et en respirant par le nez. Je pense tout de suite au panda géant du WWF. (J’étais ado dans les années 90). Je m’habille de façon neutre, robe au genou sans décolleté, chaussures plates. Je fais en sorte que seule mon intention soit chaleureuse, pas ma jupe. Je ne dois pas bi-aiser le test.

- Première rencontre : Une collègue de travail. Hop, mode Panda. Gros yeux chaleureux respectueux et bienveillants (je dois être juste flippante…). Je l’englobe de mon amour bienveillant pour la mode et la complimente sur sa robe. Ce n’est pas vraiment du jeu car je fais ça tous les matins. Alors j’y mets un peu plus de moi-même, et la questionne avec un peu plus de présence et d’intention. Où l’a t elle achetée, et quand ? Et je me prépare à écouter la réponse avec intérêt (panda attentif). Et là, surprise, elle me raconte une anecdote plus personnelle autour de l’achat de la robe. Petit moment rigolo et sympa de partage impromptu entre filles.

- Deuxième rencontre : Je vais acheter des bouchons pour mon déjeuner au snack à côté du travail. Le jeune homme au comptoir a l’air assez débordé et un peu contrarié par la pression que lui mettent les acheteurs d’américains poulet. Lorsqu’il croise mon regard, je le « pandaïse » direct. Mon regard chaleureux doit passer pour de la tendresse puisqu’il me sourit, me sert gentiment en discutant (pendant que je poursuis ma concentration pour le napper de ma bienveillance attentive) et écrit son gsm sur la serviette en papier qu’il me tend avec ma barquette de sauce siav ! La panda attitude serait-elle proche de la drague ? Quoi qu’il en soit, cette flatterie me réjouit le cœur et je me sens plus légère dans mes ballerines.

- Troisième rencontre : Je vous dirais seulement que j’ai rencontré une grand-mère qui avant des grands yeux bleus, et qu’avec mes lunettes de panda, j’y ai vu une vraie personne à part entière et pas une mamie parmi d’autres. J’ai eu l’impression en 3 minutes de faire une vraie rencontre, et je me souviens du visage de cette femme souriante.

 La conclusion : Naturellement, je ne suis pas quelqu’un qui manifeste beaucoup affectivement. Or c’est autant au corps qu’à l’esprit que cette expérience m’a fait du bien. Sans en faire trop, ces MMO aux conséquences variables ont tous eu un effet commun : me procurer des émotions positives. Je me suis sentie un peu comme après la piscine, fraiche, détendue et en forme, avec une petite faim (pour la vie ?).

Alors, vous allez essayer ?

Pour aller plus loin : Love 2.0 de Barbara Fredrickson,

Vous avez aimé ? Partagez :o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>